Jean-Pierre Brenas et Blandine Vinagre-Rocca

ont choisi de s'engager pour agir localement dans votre quotidien. Candidats pour le canton

de Clermont-Ferrand Sud-Ouest (canton 4).

Nous prenons acte des résultats qui placent la gauche en tête à Clermont–Ferrand. Soulignons que les voix de la droite et du centre progressent par rapport au scrutin municipal de 2014.

Et si nous comparons nos résultats à ceux des élections cantonales de 2011, la progression est spectaculaire.

Merci à tous les électeurs qui ont cru au nouveau souffle que nous avons voulu impulser.
 

Dans ce contexte, nous tenons à dénoncer le découpage partisan qui prive les clermontois d’élus de droite pour les représenter au Conseil Départemental. Le charcutage électoral ainsi orchestré prive la capitale départementale d’une dynamique attendue. Mais si nous sommes déçus, nous n’en sommes pas moins déterminés pour la suite. Nous donnons d’ores et déjà rendez-vous aux clermontois pour les prochains scrutins.

 

L’alternance sera possible ici aussi !

1er tour des départementales : 4 000 électeurs clermontois privés de carte électorale

Le redécoupage des cantons clermontois avait déjà semé le trouble dans les esprits​. L'incurie de la Mairie en a rajouté une épaisseur. Sur les 72 000 cartes électorales clermontoises qui auraient dû être distribuées un mois avant le premier tour, 4 000 "oubliées" ont engendré un grand désordre lors du déroulement du scrutin. Des centaines d'électeurs sans carte électorale se sont donc présentés à leur bureau de vote "habituel" avec leur carte d'identité. Mais là, surprise ! Ils n'étaient plus inscrits. Mais où voter alors ? Une présidente de bureau a même été obligée de passer 80 coups de fil à la Mairie depuis son portable personnel pour rediriger les votants en mal d'isoloir.
Sans compter ceux qui, arrivant à 17 h 51, n'ont pas eu le temps de rejoindre leur "nouveau" bureau de vote. Et encore, les personnes âgées ou ne pouvant se déplacer facilement qui n'ont pas pu aller d'un bureau à l'autre malgré leur bonne volonté. Pourquoi donc à la Mairie ne s'est-on pas posé de question suite aux centaines de demandes de renseignements concernant les lieux de vote par des électeurs inquiets de n'avoir pas encore reçu leur précieux sésame ?
Dès dimanche soir, le Maire a été saisi du problème mais refuse encore d'en assumer la responsabilité.
Combien de voix sont-elles restées "sans voix" justement, venant artificiellement gonfler le nombre des abstentionnistes ? 
Dès lundi matin, le fichier des 4 000 cartes a été envoyé à l'impression et La Poste les a reçues mardi à 16 h pour les distribuer mercredi et jeudi. Mais comment ne pas incriminer le Maire face à tous ces électeurs exclus et à cette abstention "forcée" ?
Téléchargez le tract de campagne - 2e tour
Tract 2e tour.pdf
Document Adobe Acrobat [467.5 KB]

Insécurité : Marché St-Pierre

Téléchargez l'article de La Montagne
Place st pierre.pdf
Document Adobe Acrobat [690.3 KB]

CIRCULAIRE 2E TOUR

Téléchargez la circulaire
34964 CIRCULAIRE .1A.pdf
Document Adobe Acrobat [1.8 MB]

Le 29 mars, le choix qui s'offre à vous est VITAL pour le département du Puy-de-Dôme

Nous allons rompre avec l’immobilisme et son lot d’impôts, de chômage, d’insécurité, d’absence de solutions concrètes à nos préoccupations quotidiennes.

NOUS NOUS ENGAGEONS A :

RENDRE PLUS JUSTES ET EFFICACES LES AIDES SOCIALES

- Favoriser l’insertion par le travail en récompensant le
mérite et l’eFFort.
- Etre plus vigilants et plus justes sur l’attribution des
aides sociales en luttant contre les dérives mais aussi
en impulsant une dynamique de rebond pour les bénéficiaires.

PROTEGER A TOUS LES AGES DE LA VIE

- Rattraper le retard pris en ouvrant le nombre nécessaire
de crèches et de maisons de retraite.
- Réduire les délais d’attente de place en maison de
retraite.
- Faciliter les actions pour le maintien à domicile.

STOPPER LES HAUSSE D'IMPOTS

- Baisser le train de vie du Conseil général qui vit au-dessus de ses moyens.

- Diminuer de 30 % le nombre de vice-présidents.

- Réduire les dépenses de communication.

- Enrayer l'explosion de la dette.

DONNER LA PRIORITE A L'EMPLOI

- Sur la seule année 2014, 2 000 Puydômois supplémentaires ont souffert du chômage, ce qui nous a fait atteindre le niveau historique de 30 951 demandeurs d'emploi.

- L'assemblée départementale a vocation à impulser des projets innovants pour créer de la richesse et de l'emploi.

CHOISISSEZ LE CHANGEMENT

DES ATTRIBUTIONS PLUS JUSTES DES PRESTATIONS SOCIALES

 

DES MOYENS POUR ACCOMPAGNER LES FAMILLES DE LA PETITE ENFANCE AU GRAND AGE

 

MAITRISE DE LA GESTION DES DENIERS PUBLICS EN BAISSANT LES DEPENSES INUTILES DU TRAIN DE VIE DES ELUS

 

DES INVESTISSEMENTS PLUS IMPORTANTS DANS LES DOMAINES CREATEURS D'EMPLOIS

Résultats 1er tour - élections départementales 22 mars 2015

Binômes de candidats

 

Nuances Voix % Inscrits % Exprimés Elus

Damien BALDY
Dominique BRIAT

 

UG 1 662 16,59 35,60 Ballotage

Jean-Pierre BRENAS
Blandine VINAGRE-ROCCA

 

UD 1 634 16,31 35,00 Ballotage

Magali GALLAIS
Lionel ROUCAN

 

DVG 801 7.99 17.16 non
Joelle RAYNAUD
Antoine ROCHE
FN 572 5.71 12.25 non

Le tramway clermontois, même sur des pneus, ça déraille : 4 mois d'arrêt !

cp tramway travaux.pdf
Document Adobe Acrobat [15.1 KB]

Plus de sécurité aux abords de la Cité judiciaire : vidéo-protection :

La conseillère générale sortante socialiste est contre la vidéo-protection : stop à l'idéologie laxiste : face aux dégradations et aux violences

HALLE AUX BLES : halte aux gâchis, place à l'ACTION

halle aux blés cp2.pdf
Document Adobe Acrobat [79.0 KB]

Depuis plus d’une décennie, les collectivités territoriales gérées par la Gauche : Mairie, Conseil régional et Conseil général ont été incapables de donner un nouveau souffle à l’ancienne école des Beaux-Arts : la halle aux blés...
  

Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater que ce bâtiment au coeur du poumon économique de notre Ville se trouve dans un état d’abandon total.

  

Il est urgent de redonner vie à ce lieu emblématique du quartier Balainvillier. Au lendemain de notre élection, nous lançerons une grande concertation auprès des puydômois sous forme de concours pour définir les enjeux nouveaux de ce bâtiment où plusieurs pistes pourront être étudiées : un lieu de vie culturel et d’échange, ouvert sur le NTIC, proposer des restaurants, commerces, lieu d’habitation....

Le tour du canton à vélo: drôle de découpage, même en vélo, c'est très très particulier...

Samedi en fin d'après-midi, les candidats accompagnés de nombreux clermontois ont fait le tour du canton 4 en vélo pour montrer le découpage incohérent proposé par le gouvernement socialiste et une visite touristiques des friches du canton : halle aux blés, Hôtel-Dieu, Gare routière... 

Rencontre et échanges avec les habitants du quartier Regensbourg

La discussion avec des habitants et des membres du Comité  de quartier s'est concentrée sur les points suivants:
-assurer l'entretien de la voirie, des sols, du square, des plantations…..
-poursuivre la réflexion sur l'aménagemenent en espace d'agrément de la partie “rue de l'étang"
-envisager un local multiservice derrière le Home Dome
-étudier la structuration de la zone “sentier des violettes”

Le meeting clermontois a reuni plus de 160 personnes

A lire ce matin, dans les colonnes de La Montagne

Contournement Sud Ouest : une alternative simple et concrète

cp contournement sudouest.pdf
Document Adobe Acrobat [12.2 KB]

Rencontre avec les associations des quartiers Vallières, boulevards Jean-Jaurès et Cote Blatin

Les candidats à l écoute des associations pour désengorger les bds sud ouest

Grande mobilisation pour l'inauguration de la permanence

Les élus de l'opposition municipale et les associations dénoncent la gestion du foyer Home Dôme

Blandine Vinagre-Rocca interviewée dans le 19/20 France 3 (à partir de 9'20)

JT 19-20 Auvergne en replay | Vidéo en streaming sur francetv pluzz http://pluzz.francetv.fr/videos/jt_1920_auvergne.html

Soutien aux parents en colère lors de la manifestation du samedi 28 février

Communiqué de presse : la majorité socialiste laisse tomber les crèches parentales !

(CP crèche).pdf
Document Adobe Acrobat [92.1 KB]

UN PROJET RESPONSABLE, JUSTE ET AMBITIEUX

L’agglomération clermontoise représente sensiblement la moitié de la population du département et la seule ville de Clermont-Ferrand le quart.
 

Tout en ayant soin de faire respecter la sécurité des biens et des personnes, nos engagements portent sur 3 axes majeurs:

L'EMPLOI

L'ACTION SOCIALE

LES TRANSPORTS
 

Notre fil rouge sera la maîtrise de la fiscalité, devenue incontrôlée. Nous avons besoin d’une gestion rigoureuse des finances du département, avec une attention toute particulière pour les dépenses et leurs affectations.

Téléchargez le programme
Programme.pdf
Document Adobe Acrobat [3.0 MB]

Nos propositions pour le canton Clermont Sud Ouest et pour le département du Puy-de-Dôme

Pour le canton Clermont Sud Ouest :

NOUS NOUS ENGAGEONS à être des élus de proximité, au plus près de vos préoccupations quotidiennes.

Oui, les élus départementaux peuvent vous soutenir et faire pression à tous les niveaux pour des projets ayant un impact direct sur votre qualité de vie.
 

Ainsi, nous nous attacherons à :
- améliorer la sécurité de l’espace Jaude-Cité Judiciaire.

 

- réfléchir à l’aménagement d’une liaison routière sud-ouest le long de la voie ferrée de façon à rendre leur tranquillité aux riverains des boulevards Aristide Briand, Jean Jaurès et Cote-Blatin.
Celle-ci s’accompagnera de la réalisation d’un parking relais au Pont de Vallières.

 

- lancer une large consultation sur le devenir des côteaux de Vallières.

Notre projet vise à aménager en concertation avec les associations et les habitants du canton, un vaste espace vert (jardins partagés, parcours de santé, sentiers de promenades).

 

- rénover les places Littré, Verdun et Regensburg selon les propositions déjà formulées par les habitants et les commerçants. La rénovation du stade Philippe Marcombes doit être poursuivie en
tenant compte des demandes des habitants en faveur de l’aménagement d’un espace paysager et d’une aire de jeux pour les enfants.

 

NOUS MAINTIENDRONS le soutien financier du Conseil Départemental à l’ensemble des associations du canton.
Celles-ci jouent un rôle essentiel dans l’animation et la cohésion sociale; notre devoir est de les conforter et de les aider.

 

NOUS NOUS OPPOSERONS à la poursuite du bétonnage de notre canton pour protéger le patrimoine, préserver les espaces verts et limiter les nuisances liées au surcroît d’automobiles.

courrier à l'attention des habitants du Canton Clermont Sud-Ouest
courrier web.pdf
Document Adobe Acrobat [131.2 KB]

Depôt officiel de candidatures

 

Lundi 9 février,

Jean-Pierre Brenas, Blandine Vinagre-Rocca, candidats aux élections départementales pour le canton Clermont Sud-Ouest et représentants la liste du rassemblement de la Droite, du Centre et de la Société civile ont déposé leur candidature en Préfecture du Puy-de-Dôme, accompagnés de leurs suppléants, Edith Candelier et Pierre Oliver.

Tract n°1

Gouverner autrement, c'est possible !

Accueil chaleureux des candidats au contact des habitants du quartier St-Pierre, samedi 7 février

Les candidats

Jean-Pierre BRENAS

UMP - Chirurgien dentiste


"En tant que Président du groupe d'oppostion au Conseil municipal de Clermont-Ferrand et Clermont-Communauté, je souhaite poursuivre l'élan engagé lors des dernières élections municipales.

Notre équipe incarne l'UNION et le RASSEMBLEMENT de l'ensemble des formations politique de la Droite et du Centre (UMP, UDI, MODEM, CNIP) ainsi que de la société civile.

Au-delà de la victoire sur le canton de Clermont Sud-Ouest, notre objectif est de rendre majoritaire nos idées sur l'ensemble de la ville."

Blandine Vinagre-Rocca

Directeur de la communication

 

"Agée de 33 ans, maman de deux petits garçons dont l'aîné est scolarisé dans le quartier Cote Blatin, je suis en charge de la communication du groupe public SNCF en Auvergne.

J'ai choisi de m'engager aux côté de Jean-Pierre Brenas pour contribuer à donner un nouveau souffle à l'agglomération clermontoise et au Puy-de-Dôme.

10 ans donc que je travaille ici et que force est de constater que ce sont toujours les mêmes en place et que rien ne bouge dans notre vie au quotidien. L'assemblée départementale dispose de larges compétences pour les familles, les mamans, les jeunes, les personnes âgées, qui en ont besoin d'être accompagnés.

Le département a besoin d'alternance, de projets et de renouveau pour améliorer notre qualité de vie. Je souhaite vous représenter et défendre les projets de ceux qui ont besoin que leur vie soit facilitée et que leur avenir soit plus sécurisé, à tous les niveaux."

Les suppléants

Edith CANDELIER

Société civile - Juriste d'entreprise, 15 ans au service des entreprises, Présidente honoraire du Tribunal de Commerce de Clermont-Ferrand

 

"Dans le canton depuis 50 ans, j'ai subi les dégradations des conditions de vie des riverains des 3 boulevards sans aucune concertation, l'absence d'évolution de ce canton, faute d'un projet mobilisateur et faute d'écoute de la majorité en place.

J'adhère à la démarche de Jean-Pierre Brenas, pour ce canton qui est en continuité de celle pour la Ville de Clermont-Ferrand : on peut faire autrement et mieux dans l'intérêt de tous les habitants de ce canton."

Pierre Oliver

Etudiant en Master 2 à l'Ecole de Management - Université d'Auvergne

 

"Président des jeunes de l'UMP du Puy-de-Dôme depuis fin 2011 et investi dans la vie de mon Université aux travers des associations et de la commission de formation des études universitaires (CFVU).

Je me suis engagé aux côté de Jean-Pierre Brenas en 2010, car il représente les valeurs que je défends. Jean-Pierre est sur le terrain, il travaille les dossiers ce qui lui permet de faire des propositions aux plus proches de la volonté des habitants du canton. Blandine apporte une énergie, un dynamisme qui boost l'ensemble de l'équipe ainsi que l'ensemble des personnes qui nous soutiennent.

Le binôme avec lequel je m'engage représente le véritable renouveau politique qu'attendent les électeurs."

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Archives : élections municipales 2014 : Aux côtés « des mamies tricoteuses

Dans la presse locale d'aujourd'hui

La Montagne - 1er février 2013
Le Semeur Hebdo - 1er février 2013

Hôtel-Dieu : pourquoi la ville est à ce point isolée ?

Les amis politiques du Maire détiennent tous les pouvoirs.

L’Hôtel-Dieu appartient au Ministère de la Santé.

Le Conseil Régional et le Conseil Général, ont à leur tête des Présidents socialistes.

 

Serge Godard est bien isolé… Ses amis ne se bousculent pas pour l’aider.

 

Et d’ailleurs, pourquoi manquait-il tant d’adjoints samedi 26 janvier pour ce fameux Conseil Municipal ?

Cela aussi est un signe de fin de règne.

 

Plus de soutien.

Point de secours Ministériel.

Pas de solidarité municipale.

… ça sent le sapin !

Retour sur le Conseil Municipal extraordinaire consacré à l’Hôtel-Dieu, Samedi 26 janvier 2013

Dominique Adenot Adjoint à l’urbanisme a géré ce dossier seul.

Il a entraîné la ville dans une impasse.

Il essaie aujourd’hui de trouver une porte de sortie.

 

Le groupe « Union des Républicains Clermontois » regrette cette piètre gestion qui ouvre une longue période de conflit à l’issue incertaine. Les Clermontois vont être privés d’un lieu cher à leur cœur pour longtemps.

La responsabilité des élus de la majorité est immense. Elle est à la hauteur de celle qui a définitivement privé les Clermontois du Jardin Botanique dans les années soixante.

 

La ville a pêché par arrogance

Arrogance vis-à-vis des acquéreurs privés. Chacun se souvient des injures prononcées par Dominique Adenot envers ces derniers. Cela lui vaut aujourd’hui une plainte au pénal.

Arrogance vis-à-vis du CHU en refusant systématiquement le dialogue. En espérant que le site « tombe dans l’escarcelle » de la ville pour l’euro symbolique.

Arrogance vis-à-vis des services de la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) en condamnant régulièrement ses prescriptions relatives à la protection du patrimoine archéologique.

 

La ville a pêché par incohérence

Dominique Adenot a toujours soutenu le concept de la « densification urbaine ».

Déjà en 2009, il impose le projet Ramillien (Concours Europan) qui prévoit une augmentation de 30% des droits à construire sur le site, soit 70 000 m².

Dans son ouvrage « Penser et faire l’urbanisme de Clermont-Ferrand », ce dernier développe largement son concept de densification urbaine.

Lors du Conseil Municipal du 25 juin 2009 il se lance dans une grande plaidoirie en faveur de son concept fétiche. « Paris et Venise sont les deux villes les plus denses d’Europe… vous conviendrez que c’est plutôt réussi. Donc, il n’y a pas de lien entre le nombre d’habitants au mètre carré et la qualité urbaine »

Il a choisit pour le Carré Jaude II des proportions que tous les Clermontois condamnent : un COS[1]* de 4,3 !

Il s’est toujours opposé à toute modification du POS de l’Hôtel-Dieu parce qu’il a toujours voulu préserver une constructibilité très dense pour le site.

 

Mais soudain, alors qu’une promesse unilatérale de vente est signée avec le privé, il devient subitement le premier opposant à la densification.

Il fait volte-face et demande à ses collègues de la majorité – ceux là même à qui il avait demandé de soutenir le projet Ramillien de 70 000 m² – de voter une modification du POS permettant une constructibilité maximale de 55 000 m² !

 

Une gestion solitaire du dossier associée à la rétention d’informations.

En avril 2008, c’est Serge Godard lui-même Président du Conseil d’Administration du CHU qui décide du principe même de la vente de l’Hôtel-Dieu pour un montant de 30 millions d’euros. La Municipalité est toujours restée « très discrète » sur le sujet.

 

Au cours de l’année 2011, les élus du Conseil Municipal ont été tenus à l’écart des échanges entre la ville et le CHU. Son Directeur a adressé pas moins de six courriers au Maire, et a reçu… une seule réponse.

 

Le 14 juin 2012 lorsqu’une déclaration d’intention d’aliéner (DIA) est déposée, l’opposition réclame un débat public. Celui-ci lui est refusé.

Début août, alors que le temps presse, que la décision de préempter doit être prise, nous réclamons à nouveau avec force la tenue d’un Conseil Municipal extraordinaire. Celui-ci est à nouveau refusé.

 

A noter qu’au sein même de la majorité municipale des voix s’élèvent pour déplorer cette « omerta ».

 

Enfin, il y a quelques jours, le Maire prescrit une modification du POS. Cette décision est prise à deux ou trois élus. Le bureau de l’intergroupe municipal qui se réunit lundi 21 janvier (élus de la majorité municipale) est houleux. Dominique Adenot est l’objet de reproches et d’attaques très vives. Il lui est reproché, une nouvelle fois, d’avoir pris une décision seul et de chercher à l’imposer de façon autoritaire.

 

Aussi, quand le Maire décide de réunir un Conseil Municipal extraordinaire le samedi 27 janvier pour simplement informer, le groupe d’opposition s’interroge sur l’utilité de sa présence.

« Tout est ficelé ». Il n’y aura pas de vote, donc pas de débat.

Il décide néanmoins de s’y rendre.

 

En début de séance alors que le Maire décide de confier à Dominique Adenot la présentation du sujet, je demande la parole.

Il refuse de me la donner.

Je l’interpelle alors et lui demande de diriger lui-même ce débat car Monsieur Adenot fait l’objet d’une plainte au pénal. Celle-ci étant déposée par l’une des parties du dossier, il ne peut objectivement et avec l’impartialité requise, mener la discussion.

Monsieur le Maire refuse.

Refusant de cautionner une mascarade de débat, je quitte la salle accompagné des élus du groupe URC.

 

A l’extérieur, au nom du groupe, je développe à la presse quelques pistes de sortie de crise.

 

Premier impératif : que toutes les partie-prenantes se mettent autour d’une table.

Le CHU a besoin de sécuriser la vente du site.

Les acquéreurs privés ont besoin des autorisations administratives municipales pour construire.

La ville a besoin du privé pour aménager le site.

 

Pour y parvenir il conviendrait d’organiser une médiation. Nous proposons une personnalité respectée et reconnue comme Philippe Vigneron, Président de la Fédération de la Promotion Immobilière

 

Sur le fond, la ville peut réfléchir à la mise en place d’une ZAC avec ou non une modification du Plan Local d’Urbanisme (PLU).

 

L’intelligence doit l’emporter.

Chaque jour qui passe coûte.

500 000 euros de frais de gardiennage par an à la charge du CHU, c’est de l’argent public.

Les intérêts d’emprunts courent.

Il est temps de sortir de ce clochemerle.

 

Dans un contexte de crise, l’économie locale est atone. Nos entreprises ont besoin de remplir leurs carnets de commande. Les projets d’urbanisme doivent avancer.

Le chantier de l’Hôtel-Dieu serait une formidable ballon d’oxygène pour le bâtiment, les travaux publics, l’ingénierie, les services, l’artisanat local.



[1] COS : coefficient d’occupation des sols. Il est de 1,5 en moyenne à Clermont-Ferrand.

Coup de théâtre, Hôtel Dieu : la ville tente de contre-attaquer

Alors que la promesse unilatérale de vente a été signée entre le CHU et les trois acquéreurs privés le 15 janvier dernier, la Mairie décide de modifier le Plan d’Occupation des Sols (POS) dans le sens d’une réduction de la surface autorisée constructible.

C’est ce que le Maire va proposer lors du prochain Conseil Municipal extraordinaire prévu samedi 26 janvier.

Voici le texte de la délibération.

CM 26janvier 2013.pdf
Document Adobe Acrobat [268.7 KB]

Hôtel-Dieu : l’opposition Municipale en appelle à la mobilisation des Clermontois

Il est encore temps pour la Mairie de Clermont de reprendre la main !

Ses représentants doivent d’abord, cesser leur arrogance d’autant plus mal venue, que la gestion de ce dossier est depuis le début, calamiteuse.

Rappelons que les injures publiques proférées à l’encontre des acquéreurs privés du site par Monsieur Dominique Adnot, Adjoint à l’Urbanisme, ont données lieu à un dépôt de plainte devant le Tribunal contre ce dernier.

Le Maire même s’il semble hélas, de plus en plus se désintéresser des affaires de sa commune, doit remettre en débat ce dossier au sein du Conseil Municipal, seule instance habilitée à prendre une décision. Monsieur Adenot en s’appropriant et personnalisant ce dossier, en travaillant en solitaire et en refusant de l’ouvrir ne serait-ce qu’à ses propres collègues de la majorité municipale, a commis une faute, un déni de démocratie.

Le pouvoir municipal peut encore arrêter le processus de vente engagé. Le conseil de surveillance du CHU a certes validé un projet de promesse de vente mais, la ville peut et doit faire une nouvelle offre. Il ne peut être envisagé que ce site idéalement placé au centre de la ville, échappe à un aménagement conforme à l’intérêt général et ne soit pas l’objet d’un débat constructif, ouvert à tous, sur le devenir d’un lieu si cher au cœur des Clermontois !

Si la Municipalité ne se reprenait pas, elle commettrait une erreur historique et préjudiciable non seulement à l’intérêt des Clermontois, mais au développement de notre ville et au-delà, à son image et à son avenir.

Nous déplorons que cette Municipalité puisse être à ce point incompétente.

Nous déplorons que cette Municipalité soit incapable financièrement de faire une offre ne serait-ce qu’au niveau de l’estimation des Domaines.

Honte par ses atermoiements et son attentisme à cette Majorité de s’être enfermée dans une impasse et d’avoir gâché une telle opportunité.

Demain, elle devra en rendre des comptes aux Clermontois !

L’Hôtel-Dieu appartient à tous les Clermontois, son riche patrimoine historique et architectural doit leur revenir, il leurs appartient de droit.

Le groupe Municipal d’opposition en appelle à la mobilisation générale des Clermontois et lance une vaste pétition pour sauver l’Hôtel-Dieu, et forcer les élus de la majorité municipale, à assumer leurs pleines et entières responsabilités.

 Signez et faites signer la pétition. Site : leclermontois.fr



Les violences urbaines débordent des quartiers et atteignent l’hyper centre.

L’opposition municipale interpelle le Maire.

Les faits. Vendredi 26 octobre, des jeunes excités ont violemment agressés des employés du Ciné Jaude. Ils ont brisé une porte et craché sur des spectateurs…
La police est arrivée sur place, mais les agresseurs n’ont pu être identifiés.
Le cinéma a dû fermer ses portes entraînant un préjudice économique équivalent à plus de 1 000 spectateurs.

Pour rappel, le groupe UMP et apparentés réclame depuis de nombreux mois :
- Porter le nombre des policiers municipaux à 80
- Protéger les policiers municipaux avec des gilets pare-balles
- Armer les policiers municipaux d’armes de 4ème catégorie.
- Inscrire Clermont-Ferrand en zone de sécurité prioritaire (ZSP) de façon à renforcer les moyens et mieux coordonner les forces de sécurité.

Le Groupe UMP et apparentés demande une nouvelle fois au Maire l’organisation d’un Conseil Municipal privé qui accueillera les représentants de la police municipale, de la police nationale, de la justice et de la sécurité publique.

Hôtel Dieu… suite !

L’Adjoint à l’urbanisme, Dominique Adenot, a injustement attaqué l’opposition municipale dans un récent article paru dans « La Montagne ». Il accusait le groupe UMP et Apparentés d’avoir rencontré le trio d’acquéreurs privés le 21 septembre dernier. C’est faux. Monsieur Adenot ment.

Rappelons que l’Hôtel-Dieu est un enjeu majeur pour notre ville.

C’est un lieu emblématique. Ses bâtiments sont Clermont. Des bâtiments auxquels sont attachés tous les clermontois. C’est un attachement presque physique, affectif.

La requalification de l’Hôtel-Dieu est un enjeu stratégique pour notre ville. Elle peut profondément impacter son image. Le nouvel Hôtel Dieu, ce sera pour les Clermontois : de la verdure, de la culture, des logements, de l’animation, de la restauration (nous venons de perdre le restaurant étoilé le plus ancien de la ville).

Enfin, l’Hôtel-Dieu est une chance unique pour la prochaine équipe dirigeante de faire avancer Clermont-Ferrand. L’équipe municipale actuelle a été incapable de gérer le dossier, la future en fera sa priorité.

Le point sur la situation : le site a été évalué par les domaines à 30 M €. Compte tenu de la nécessité de réaliser un diagnostic et des travaux de fouilles pour un coût de 5 M€, le CHU l’a mis en vente 25 M€. La ville a proposé 20 M€, un groupement d’investisseurs 25 M€. Et ils l’ont emporté.
C’est un échec cuisant et humiliant pour la Municipalité Clermontoise. Dépossédée du projet, la puissance publique s’efface devant le privé.
Echec financier, la ville va devoir racheter au privé les lots que celui-ci ne souhaite pas conserver et cela à un prix évidemment supérieur à la valeur initiale.

Nos propositions :
Consulter les Clermontois. Nous devons les écouter. Qu’attendent-ils du nouvel Hôtel-Dieu ?
Renouer un dialogue « normal » avec les acquéreurs privés.
Création d’une zone d’aménagement concertée, choix d’un aménageur par « appel d’offre ».
Puis lancement d’un concours pour désigner une équipe d’architectes et d’urbanistes.
Notre volonté est de « voir grand », Clermont-Ferrand mérite une grande signature architecturale.
Le site sera « débarrassé » de tous les bâtiments encombrants. Neuf permis de démolir ont été accordés par le Préfet Stéfanini, il s’agit de la maternité, des ateliers techniques, du « refuge », de la chaufferie… soit 30 000 m² de surface totale qui va disparaître.
Les espaces verts seront valorisés.
Des équipements publics verront le jour comme par exemple les deux bibliothèques, Communautaire et Universitaire (si cette dernière obtient les financements de l’Etat). Un auditorium sera construit.
Le logement comprendra du social, du locatif, de l’accession à la propriété et du haut de gamme notamment pour la Polyclinique.

Remarques :
Les acquéreurs privés vont très probablement signer officiellement une promesse de vente avec le CHU dans les jours qui viennent.
Par ses déclarations fracassantes et insultantes, l’Adjoint à l’urbanisme a tué le dialogue. Pire, en menaçant de refuser d'accorder les permis de construire, il choisit la voie du chantage.
Cette attitude est incompréhensible. Aussi irresponsable que suicidaire.
Est-ce la rage d’avoir perdu ?
Et Dominique Adenot dont l’égo semble faire perdre raison continue. Ne vient-il pas de déclarer « qu’il attend une issue favorable en fin d’année » et espère « être propriétaire au printemps ». « Et début 2014 nous aurons sur notre table les premiers permis de construire » !
Concernant les fouilles archéologiques, il y a deux solutions. Soit les réaliser, soit les contourner comme à Trémonteix. Se pose alors le problème de la surface constructible. Il y a le potentiel théorique et le potentiel réel. Sachant que le prix de commercialisation final doit tenir compte de la spécificité du marché Clermontois… qui n’est pas très haut.

Les acquéreurs privés : sont des hommes respectables. Ce sont des investisseurs, des employeurs, des contribuables. Et pourquoi ne pas leur faire confiance ?

Il est grand temps de siffler la fin du match. Monsieur Adenot, passez outre votre égo et recherchez un compromis dans l’intérêt général. Tous les acteurs peuvent encore sortir par le haut de ce dossier.


5 Millions = 2 points d’impôts pour les Clermontois

Lors de l’émission de France 3 « La voix est libre » diffusée samedi 13 octobre dernier, le Maire de Clermont a osé déclarer :
« Nous ne pouvons pas acheter l’Hôtel-Dieu à 25 Millions car c’est 5 Millions de trop et 5 Millions c’est 2 points d’impôts supplémentaires pour les Clermontois ».

… Donc, le bide de la Très Grande Bibliothèque (5,7 M € pour rien) est à lui seul responsable de la hausse des impôts locaux qui a suivi l’abandon du projet !

La colère des sportifs du stade Philippe Marcombes

Je viens d’être alerté par de nombreux Clermontois sur le stationnement au stade Philippe Marcombes de Clermont-Ferrand.
Depuis maintenant une semaine, la Mairie de Clermont-Ferrand, sur décision de Mme Rougerie-Dulac adjointe aux sports, a trouvé une solution radicale, en limitant l’accès à cet espace de vie par deux barrières, et en filtrant les automobilistes : bilan, il ne reste plus que 56 places de parking.
Je ne vois guère d’intérêt à cette mesure, prise, encore une fois, sans aucune concertation avec les dirigeants des différentes associations sportives du stade Philippe Marcombes.

Je vous invite à signer la pétition : http://www.petitionduweb.com/voirpetition.php?petition=25702



Budget 2013

Le Budget 2013, c’est, entre autres, 20 Milliards d’impôts nouveaux qui vont plomber la compétitivité de nos entreprises et plonger le pays dans la récession.

10 Milliards pour les entreprises qui connaissent déjà la plus mauvaise rentabilité d’Europe. Cela va inexorablement augmenter le coût du travail.

10 Milliards d’impôts supplémentaires sur les ménages.
Ceci va impacter le pouvoir d’achat des classes moyennes et ralentir la consommation.

La réalité c’est que notre pays à besoin de réformes structurelles du niveau de celles qui ont été réalisées sous le précédent quinquennat : réforme des retraites, réforme des universités, réduction du coût du travail… etc.

Donner une nouvelle vie aux rivières Clermontoises

On l’oublie, mais Clermont-Ferrand est traversée par plusieurs bras de la Tiretaine.
L’urbanisation les a recouverts. Nous vous proposons, à travers un concours d’idées, de les faire revivre en les aménageant.
L’idée est de créer en ville des espaces de respiration le long de petites rivières où il fera bon flâner.

Première étape : les identifier.
Nous en appelons à chacun d’entre vous qui ont des informations précises sur le sujet.
Nous nous attacherons ensuite, en lien

A propos de la décision de Serge Godard de ne pas briguer un autre mandat.

C’est tout sauf une surprise. Il aurait été étonnant que Serge Godard reparte à 78 ans pour un nouveau mandat. Il a été élu pour la première fois en 1971, il y a 41 ans…
Ce sont des chiffres soviétiques.

C’est l’expression d’une crise grave qui règne au sein de la majorité municipale et au cœur de l’exécutif.
Serge Godard est en conflit ouvert avec son premier adjoint Alain Martinet. Des clans s’affrontent. Il ne faut pas être un grand spécialiste de la politique locale pour savoir que les couteaux sont sortis depuis longtemps à l’Hôtel de Ville.

« Au-delà de 15 ans de mandat, ce ne serait pas raisonnable ». Nous pouvons donc en déduire que depuis plus de 100 jours (Serge Godard a été lu Maire le 25 juin 1997) il est dans l’irraisonnable.
Plus sérieusement, les socialistes nous préparent leur « coup » habituel : mettre en place par démission anticipée le futur candidat. Ceci a pour but de privilégier une désignation de ce dernier par l’appareil socialiste. C’est plus rassurant que d’organiser des primaires ouvertes…

Budget 2013 : oui sur l’objectif, non sur les moyens

En poursuivant l’objectif de ramener le déficit public à 3% du Produit Intérieur Brut, le gouvernement se rallie à celui fixé par le traité budgétaire européen élaboré par Nicolas Sarkozy et Angela Merckel. C’est la bonne direction.

Par contre les moyens choisis pour l’atteindre sont très dangereux pour l’économie nationale.
Réduire de 10 Milliards – seulement – la dépense publique et matraquer fiscalement les particuliers (9,1 Milliards) et les entreprises (11 Millards d’euros) est le contraire de ce qu’il convient de faire.
Cette politique d’austérité ne pourra que nous conduire à la récession. N’oublions pas que la croissance est actuellement nulle et que l’objectif de 0,8% en 2012 est inatteignable.

Eau : 20 millions d’euros pour l’usine élévatoire

Rappelons que 70% de l’eau consommée à Clermont-Ferrand provient des nappes phréatiques de l’Allier.
La ville traite en régie directe le réseau d’eau.

L’usine élévatoire située près de Cournon étant devenue obsolète, il convient d’en construire une nouvelle.
Trois candidats ont été retenus.
Etant donné la complexité, la technicité du dossier et les enjeux financiers, j’ai demandé lors du conseil municipal du 28 septembre dernier que le maximum de garanties soient données pour assurer les conditions optimales dans la transparence, de la désignation de l’entreprise lauréate.

Ainsi, le groupe UMP a proposé qu’à titre exceptionnel la commission d’appel d’offres soit présidée par Djamel Ibrahim-Ouali, adjoint en charge du service de l’eau-assainissement. Celui-ci connaît en effet très bien le dossier et son honnêteté est unanimement reconnue.

Le Maire a refusé.

Article de La Montagne - vendredi 12 octobre 2012

Article de La Montagne - 12 octobre 2012[...]
Format IPN (Portable Network Image) [294.3 KB]

Pour que la Municipalité de Clermont-Ferrand aide les acheteurs de vélos électriques Michelin…

Lors du Conseil Municipal du 28 septembre dernier j’ai demandé au Maire d’étudier la possibilité pour la ville d’apporter une aide financière aux acheteurs du vélo électrique Michelin.
Très souvent en effet, les collectivités apportent leur soutien au développement de la pratique du vélo électrique sous la forme de chèques pouvant atteindre jusqu’à 30% du prix du vélo.
Le vélo à assistance électrique (VAE) est particulièrement adapté au relief de la capitale auvergnate.
De plus, l’entreprise Michelin est un formidable atout pour l’image de notre vile. Soyons-en de fiers ambassadeurs !
Le Maire m’a répondu par la négative.
… Mais, je reviendrai à la charge !



Hôtel Dieu : l’adjoint à l’urbanisme «pète les plombs»

Lors de la séance du Conseil Municipal du 28 septembre dernier, Dominique Adenot à qualifié les trois acquéreurs privés de l’Hôtel Dieu de « pieds nickelés ».

Cette attitude est inadmissible.

 

Pour lire l'intégralité du billet, veuillez cliquer sur le lien (format PDF)



Hôtel Dieu l'adjoint pete les plombs.pd[...]
Document Adobe Acrobat [71.9 KB]

Conseil Municipal Vendredi 28 septembre

Voici l'ordre du jour du Conseil Municipal du Vendredi 28 septembre 2012.

N'hésitez pas à me soliciter. Cliquez sur le lien :

Ordre du jour CM 28 septembre 2012.pdf
Document Adobe Acrobat [1.1 MB]

« Où passe notre argent ? »

Notre ville est mal gérée. Des dépenses inutiles sont décidées. Elles sont la conséquence de nombreuses erreurs et fautes de gestion. Cela a des incidences sur :
- les projets : certains doivent être abandonnés
- les impôts : cela se traduit par des hausses ; la fiscalité locale a doublé en 10 ans.

Aujourd’hui, la ville n’a plus les moyens « de s’acheter un boulon »

Ni populisme, ni démagogie, de l’objectivité :
A Clermont-Ferrand, les impôts augmentent plus vite que le coût de la vie.
La ville a un niveau d’équipements inférieur à la moyenne :
- Au plan économique, il n’y a pas de technopôle.
- Au niveau culturel, il n’y a ni bibliothèque, ni auditorium, ni lieu identitaire pour la comédie de Clermont, ni théâtre…
- Nos infrastructures d’échange sont dignes d’une ville moyenne de province (pas de TGV, un aéroport à l’activité réduite…)
- En matière d’urbanisme, il n’y a aucune réalisation emblématique de grande envergure.

D’une façon générale, les collectivités locales aiment la dépense.
La Cour des comptes et son Président (socialiste) Didier Migaud dénoncent l’inflation des dépenses de personnel dans les collectivités locales.
René Dosières (divers gauche), dans un ouvrage récent, remarque que quand une communauté de communes crée 1 emploi, les communes n’en suppriment pas (+ 200% de progression des effectifs globaux pour les premières, 55% pour les secondes, soit 411 000 emplois créés entre 98 et 2008…)
« Le Point » a titré avec « Le scandale caché des collectivités »

Le système actuel est assimilable à un mille-feuilles : il crée des doublons et donc multiplie les dépenses.
En France, il y a les Régions, les Départements, les Communautés de communes et 36 000 communes… soit plus de la moitié de l’ensemble des communes de l’Europe à 27.
La Réforme territoriale prévoyait la fusion du département et de la région et à terme celle des communes et des groupements de communes. La gauche en arrivant au pouvoir a supprimé le conseiller territorial.

Pourquoi les impôts augmentent-ils plus vite à Clermont-Ferrand qu’ailleurs ?
Y aurait-il une démographie galopante ?
Au milieu des années 70, il y avait plus de 160 000 habitants à Clermont-Ferrand, il y en a 143 000 aujourd’hui.

Serait-elle sur équipée en infrastructures ?
Nous sommes à l’écart de la grande vitesse ferroviaire.
Le projet de la bibliothèque universitaire semble abandonné.
Il n’y a pas de quartier d’affaire ou de grande réalisation architecturale.
Il n’y a pas de site dédié à l’innovation industrielle et économique.
Le logement social souffre de milliers de demandes non satisfaites.


Les impôts augmentent plus vite qu’ailleurs pour 3 raisons essentielles

Nos barons socialistes locaux sont insatiables
Les dépenses municipales augmentent régulièrement plus vite que le PIB national.
Les impôts locaux augmentent plus que l’inflation et plus que le coût de la vie.
Donc à Clermont-Ferrand du seul fait de la fiscalité locale, le pouvoir d’achat baisse.
Exemple à Clermont Communauté : plus de 500 emplois ont été créés sans que l’on supprime le moindre poste dans le personnel de la ville centre !
Le summum de l’ineptie a été atteint lorsque chaque commune à exigé son propre Équipement Communautaire de Proximité (ECP), ce qui va à l’encontre de la raison d’être d’une structure intercommunale dont les principes reposent sur la mise en commun des moyens et la mutualisation des dépenses.

Un problème de compétence ?
L’accumulation de dérapages, de dérives et de gâchis ne peut s’expliquer que par l’incompétence de certains élus.

Prenons l’exemple des produits financiers. La municipalité a contracté des emprunts « toxiques » qui offraient les premières années des taux alléchants pour ensuite grimper à plus de 10%. Les élus se sont fait « avoir ». On ne devrait acheter que ce que l’on comprend !
Actuellement deux emprunts, l’un de 19 M€, l’autre de 15 M€, sont affectés de taux très élevés (près de 6%).

La bibliothèque universitaire et communautaire n’a pu voir le jour. Celle-ci devait être érigée sur le site de la gare routière. Après le lancement des études, des travaux d’architectes, des premières fouilles, nos « grands élus » se sont rendu compte soudainement que les personnels de la fonction publique ne pouvaient cohabiter avec ceux de la fonction publique territoriale. Donc pas de bibliothèque unique possible. Conséquence : on renonce au projet. Coût de l’opération 5,7 M€ partis en fumée.

Au début des années 2000, le maire à travers le syndicat du VALTOM décide la construction d’un incinérateur. Puis à l’approche d’élections, sentant le projet impopulaire, retourne sa veste. Avec ses amis, il se lance alors dans un combat judiciaire perdu d’avance. Résultat : des millions d’euros là aussi envolés.

L’Hôtel Dieu : pour ce site emblématique, la ville avait un « grand projet ». De concours en études, divers scénarios ont vu le jour… Pour finir en projet d’espace vert. Et aujourd’hui, rien, tout est abandonné au profit d’un privé. Coût : des centaines de milliers d’euros...

Et puis, dépense quelque peu étonnante… nous avons appris que la ville mettrait à disposition de la CGT – à l’échelon national – un employé municipal !

Voilà où passe notre argent !

Un phénomène d’usure ?
Rien de plus normal après plus de 70 années de gestion municipale exercée par les mêmes… ou presque. Les effets pervers sont inévitables. Certains sont effectivement plus préoccupés aujourd’hui par la préservation de leurs petits pouvoirs personnels et leur petits (ou gros) avantages, que par l’impérieuse nécessité de réaliser des économies.
En l’absence d’alternance, le clientélisme n’est jamais très loin. Et le clientélisme coûte cher aux finances locales. Les avantages divers peuvent également coûter cher aux finances locales.


En conclusion, que pouvons-nous faire ?

Parce que les conséquences des gabegies et de cette mauvaise gestion impactent directement les Clermontois, nous devons réagir.
Cette mauvaise gestion touche le portefeuille des Clermontois et la qualité de l’offre de services publics.
Par exemple aujourd’hui, nous n’entendons plus parler de la 2ème ligne de tramway pourtant promise par Serge Godard lors de la campagne municipale.
Aujourd’hui la ville n’a même pas les moyens de s’offrir son propre Hôtel Dieu !

Lorsque nous serons en responsabilité, nous donnerons des signes très concrets de notre volonté d’assainir la gestion municipale.
Nous appliquerons une démarche qualité dans les services. La transparence des pratiques sera notre maître-mot.

Nous sommes favorables à :
• Une réduction de 30% des indemnités d’élus. Celles-ci dégageront 130 000 € d’économies par an.

Une certification des comptes par une agence de notation : faire reconnaître la régularité, la sincérité et la fidélité des comptes locaux par un organisme indépendant. Il n’est pas normal que les bonnes gestions soient pénalisées dans leur accès au crédit.

La transparence :
Au fait, où en est-on ?
- à propos de la place de Jérôme Godard en tant que chargé des relations entre le Maire et le Président de Clermont-Communauté ?
- Sur les rémunérations, pourquoi se cacher ? Disons-le haut et fort, un adjoint à la Mairie qui cumule (comme beaucoup) le poste de Vice-président à Clermont-Communauté touche 3 500 € par mois.
- Les avantages en nature devraient être rendus publics et imposés.

Clermont-Ferrand a besoin de bouger, d’un nouveau souffle et d’être sérieusement assaini.

Où passe notre argent ?